Office de Tourisme de l'île d'Yeu
Lumière & refuge en haute mer
Port-Joinville
Accueil  ›  Zoom sur  ›  Toutes les actual...  ›  L'église de Saint...

Patrimoine

Eglise de St-Sauveur

Erigée entre le XIe et le XIIe siècle, dans le matériau du pays, l’église de Saint-Sauveur est le plus ancien témoignage du passé historique et religieux de l’Ile d’Yeu. Unique église de l’île jusqu‘au XIXe siècle, elle a connu de nombreux remaniements architecturaux au fil des bouleversements de l’histoire insulaire. En 2008, l'ensemble du bâtiment se trouve dans un état sanitaire critique. Une étude préalable est lancée. En 2010, la municipalité de l’Ile d’Yeu, en sa qualité de propriétaire des lieux, consciente de l’intérêt historique du sanctuaire, lance le projet de restauration.

En janvier 2013, le chantier de restauration est engagé sous la maîtrise d’oeuvre de Pascal Prunet, architecte en chef des monuments historiques. Cette restauration est accompagnée financièrement par la Direction Régionale des Affaires Culturelles, le Conseil Régional des Pays de Loire, le Conseil Général de Vendée et la Fondation du Patrimoine. 

  

Etat des lieux : un état sanitaire très dégradé 

Lors de l’étude préalable au chantier, en 2008, l’ensemble du bâtiment pré­sentait des enduits défectueux voire absents notamment, sur les parties basses. Cet état sanitaire très dégradé était principalement dû à l’humidité et au sel. 

On observait également le développe­ment de mousses et de lichens. 

De nombreuses pierres étaient dé-join­toyées car les moellons, depuis la ruine des enduits, ne bénéficiaient plus d’aucune protection pour résister aux agressions du milieu ambiant. 

Les encadrements des baies, en pierre calcaire, étaient particulièrement tou­chés et leur altération mettait en péril les vitraux. 

La restauration 

Après dépose et diagnostic de la couverture et de la charpente, de gros travaux de maçonnerie ont été réalisés, à l’extérieur comme à l’intérieur afin de restaurer l’état sanitaire du bâtiment. 

Les maçonneries ont été renforcées, les voutes et les arcs de brique et de pierre consolidés. 

Une réfection complète des enduits met désormais l’ensemble de l’édifice à l’abri de l’humidité et de la salinité de l’air ambiant. 

Appliqué sur l’ensemble des maçonneries, un badigeon ocré apporte une nuance chaude à l’ensemble de l’édifice tandis qu’une finition ocre jaune ensoleille l’ensemble des menuiseries. 

Quatre vitraux dont la structure était altérée ont également fait l’objet d’une restauration par les ateliers Loire de Chartres où ils avaient été créés. 

Une belle découverte 

Des peintures murales ont été mises à jour par les ouvriers sur le chantier de restauration de l’église de Saint-Sau­veur. 

Elles se situent sur la voûte dans la chapelle absidiale sud, à peu près à mi-hauteur et semblent en assez bon état de conservation. 

Par le nombre et la qualité des décors, il s’agit d’une découverte importante qui a fait l’objet d’une déclaration à la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) des Pays de la Loire. 

L’intervention de spécialistes est à pré­sent nécessaire pour un diagnostic, une datation et la mise en place d’un programme de protection et de conser­vation. 

Des motifs floraux avaient déjà été mis à jour lors des travaux de réhabilitation de l’église après l’incendie du clocher. La chapelle absidiale servait alors de sacristie et les décors, situés sur la par­tie basse des murs avaient été décou­verts lors de la dépose des placards. Ils étaient dans les mêmes teintes que les peintures mises à jour dernière­ment. Avant les travaux qui ont détruit ces décors, M. Amand Henry avait fort heureusement réalisé en juillet 1959 des relevés très précis et des calques grandeur nature des motifs. Son dos­sier, très complet, sera très utile pour la compréhension et la valorisation de l’ensemble des décors peints de Saint-Sauveur. 

L’église est à nouveau ouverte depuis le 27 juin... 

› Retour à la liste