Office de Tourisme de l'île d'Yeu
Lumière & refuge en haute mer
Port-Joinville
Accueil  ›  Zoom sur  ›  La faune et la flore

La flore

Asphodèle blanche

L'île compte une très grande variété de végétaux (plus de 760 espèces sauvages visibles actuellement, comme l'asphodèle blanc qui sort sur la lande en avril) permettant de bénéficier de la floraison de maintes espèces toute l'année.
S'il est courant de croiser l'œillet de France (protégé au niveau national) ou l'Hélianthème à gouttes (plante de la famille des cistes), il est tout aussi facile de rencontrer la giroflée des dunes, le panicaut bleu (protégé) ou la jacinthe sauvage dans la même journée.
Les 16 espèces d'orchidées, parmi lesquelles la plus part sont très rares, s'épanouissent entre les mois de mars et septembre. Protégées, les sérapias a langue et à petite fleur ne sont pas des moindres. 

  

La faune

Zones côtières, marais et bocages de l'île abritent près de 290 espèces d'oiseaux.
En chemin pour des contrées plus clémentes, nombre d'oiseaux marins (grands labbes, petits pingouins, puffins, fous de bassan,…) passent au large des côtes à l'automne. En hiver, les limicoles (bécasseux, pluviers, grands gravelots, …) choisissent les longues plages de sable pour se restaurer. C'est alors la période idéale pour observer le discret bécasseau violet ou le rare phalaroppe à bec large. Au printemps, les fauvettes reviennent d'Afrique tandis que le busard des roseaux entame son vol amoureux. Ainsi nombre d'espèces très rares dans l'Ouest de l'Europe, voire dans la région, peuvent être admirées lors des migrations de Printemps et d'Automne (le bruant lapon, le bruant nain). Quant aux insectes, la diversité des papillons est remarquable, il faut noter également chez les mammifères la présence du campagnol des champs (de forme insulaire) portant le nom latin de l'île "Oyensis". 

Quant à la faune marine, elle compte parmi ses habitants les plus communs, le congre, l'orphie et l'araignée, ainsi que des espèces nobles comme le bar, la dorade et le homard.